Si le mauvais stress peut créer de nombreux blocages, le bon stress existe bel et bien également. Heureusement d’ailleurs qu’il existe, pour nous prévenir quand quelque chose ne va pas. C’est un mécanisme de protection qui va nous permettre d’agir différemment.

Qu’est-ce que le stress ?

À l’origine, le stress est une réponse comportementale aux interactions de notre environnement.

C’est une réaction nécessaire dans maintes situations, essentiellement quand nous sommes confrontés à un danger immédiat. Mais le problème est que, parfois, le danger n’est que le fruit de notre imagination, de nos pensées, de notre perception du monde… Et parce que nous croyons qu’il y a un danger, celui-ci peut devenir réel car notre cerveau ne distingue pas la réalité d’une situation inventée de toute pièce !

Si nous activons cet état de stress chaque jour en pensant à nos prochaines factures à payer, à nos difficultés de couple, aux conflits au travail, nous détruisons petit à petit notre équilibre mental et physique car ce stress se transforme en anxiété, peurs et crises d’angoisse…

Comment le stress est-il créé ?

Le corps sécrète les hormones du stress dont les deux principales sont l’adrénaline et le cortisol. Une fois sécrétées, tout notre corps va être en état d’alerte provoquant des réactions en cascade.
Parmi ces manifestations, voici les réactions que vous allez retrouver :

  • Le cœur s’accélère et bat plus vite car le corps se prépare à l’effort pour fuir ou combattre.
  • La respiration est plus rapide afin d’amener plus d’oxygène pour nourrir les muscles et irriguer notre cerveau de façon à accroitre la vitesse de décision, à être plus concentré, à avoir de meilleurs réflexes…
  • Des tensions musculaires, les muscles sont tendus car ils se préparent à l’effort.
  • La digestion va être ralentie : boule dans le ventre…

Toutes ces manifestations sont normales, le corps se met en mode optimisation des forces pour affronter le danger.

En fait, le stress est une fonction utile qui se déclenche pour nous aider à nous confronter à une menace réelle ou imaginaire, projetée ou anticipée.

Aujourd’hui le stress est essentiellement dû à des menaces psychologiques et non à un danger immédiat, nous rencontrons rarement un loup prêt à nous sauter dessus ! Il se déclenche surtout quand nos valeurs sont bafouées et nos besoins non comblés.

On se projette, on scénarise des évènements qui ne se sont même pas encore produits, on anticipe des peurs, comme la peur du temps qui passe, la peur de ce que les autres pensent, notre avenir, la vieillesse et la mort.

Ces manifestations existent pour nous aider mais elles sont disproportionnées car ces menaces d’ordre psychologique sont perçues comme de vraies menaces… et donc notre corps sécrète ces fameuses hormones pour nous aider à combattre ou fuir alors que nous n’en avons pas besoin à ce moment précis.

En plus de manifestations corporelles, nous retrouvons également :

  • Des réactions cognitives : se laisser submerger par son flux de pensées, cogitations…
  • Des réactions émotionnelles : peur, tristesse, colère…
  • Des réactions comportementales : perte de contrôle de soi, consommation excessive de nourriture, alcool…

Les dangers du stress « chronique »

Le stress se manifeste donc par des effets dans notre corps.
Ainsi quand il est passager suite à un danger immédiat, notre corps récupère vite, il s’autorégule et les effets du stress se dissipent presque instantanément. Quand il devient permanent, notre corps perd sa faculté de récupération. Même s’il fait un gros effort pour s’adapter, l’énergie (le sucre) ne va plus être consommée par nos muscles parce que nous n’allons pas combattre ou fuir mais nous allons plutôt nous lamenter sans rien faire et donc celui-ci va être stocké et va boucher par exemple nos artères provoquant un infarctus ou d’autres maladies cardio-vasculaires.

Pour résumer : lorsque l’énergie libérée en cas de stress n’est pas consommée, nous la stockons. Si nous n’agissons pas, nous ne consommons pas !

Au fil du temps, ce stress chronique va épuiser notre corps qui ne va plus se détendre créant ainsi des troubles du sommeil, des maux de tête, de dos, des troubles digestifs, du diabète, un ralentissement du système immunitaire, des maladies cardiaques, de l’hypertension…

De plus, notre flux de pensées n’est orienté que sur le manque, sur ce qui ne va pas bien et nos émotions négatives sont exacerbées.

C’est dans ces moments là que l’on peut être amené à boire de l’alcool, à consommer des médicaments et devenir plus agressif…

La menace est extérieure mais notre stress provient de l’intérieur. C’est nous qui devons agir, c’est de notre responsabilité.

Comment réduire le stress ?

  • Arrêtez de regarder les informations sources de stress et créatrices de peurs en tout genre (ou les réduire fortement).
  • Identifiez les causes de votre stress : prenez un cahier et notez quelles sont les origines de votre stress ? Les causes ? En commençant par exemple par : « Je me sens stressé quand… »
  • Cessez de focaliser sur le négatif dans vos conversations avec les autres. Avez-vous remarqué combien nous pointons beaucoup plus facilement ce qui ne va pas : le manque par exemple.
  • N’oubliez pas que nous sommes responsables de nos choix. Si vous n’aimez pas l’environnement dans lequel vous êtes, s’il vous génère du stress, changez-le.
  • Faites la liste de tout ce qui va bien ! Vous verrez ainsi que nous avons des bases solides. Centrez-vous sur le plaisir et non sur ce qui manque.
  • Rééquilibrez aussi votre façon de manger car la nourriture génère aussi un fort stress : réduisez les viandes et tout produit de sources animales… Eliminez le plus possible la consommation d’aliments industriels qui sont bourrés de produits chimiques… En revanche, augmentez votre consommation de magnésium et de vitamine D et B.
  • Lâchez prise de votre besoin de tout contrôler, d’être parfait, de vous comparer aux autres, de vous préoccuper de ce que les autres pensent…Faites ce que vous avez envie de faire et c’est tout ! N’essayez même pas de faire de votre mieux, faites et c’est parfait ainsi.
  • Accueillez vos émotions : exprimez-les et partagez-les… Nous ne pouvons pas ne pas ressentir d’émotions, elles sont l’essence même de notre existence, les nier c’est comme refuser « d’être ». Écoutez le message qu’elles vous transmettent…
  • Habituez votre cerveau à gérer l’échec, à lui faire comprendre que l’échec est un cadeau qui nous permet d’apprendre. Dans votre vie, vous ne maitriserez jamais tout alors lâchez prise et surtout détachez-vous du résultat ! Reconsidérez toujours la situation positivement ! Que se passera-t-il quand j’aurai réussi ?
  • Écrivez les valeurs qui sont bafouées, les besoins non comblés, les peurs sous-jacentes chaque fois que vous ressentez du stress.

Si vous alignez votre vie avec vos valeurs, votre stress s’éteindra de lui-même car vous serez alors maître de vos décisions.

Il existe encore de nombreuses solutions…Testez déjà celles-ci, vous avez de quoi faire 😉

Vous pouvez aussi vous faire accompagner par un coach, un thérapeute ou une autre personne de confiance pendant quelques séances, juste le temps pour vous d’acquérir de nouvelles habitudes !

Dans nos BOOT CAMP nous vous permettrons de faire de votre stress une force.

Vanessa MILLET, coach-conférencière-formatrice